Warning: file_get_contents(/proc/loadavg) [function.file-get-contents]: failed to open stream: Permission denied in /home/www/voxpopuli/www/config/ecran_securite.php on line 317
HOAX : INTOX À LA PELLE - vox-populi.net

Accueil > Multimédia > HOAX : INTOX À LA PELLE

HOAX : INTOX À LA PELLE

mardi 17 décembre 2002, par Rezki Mammar

Un mail annonce la pétition de l’année, l’affaire du siècle ou le scoop du millénaire ? Il s’agit sans doute d’un canular, en anglais « hoax ».
Vieille comme le Web, cette pratique profite de la rapidité du courrier électronique et de la crédulité générale pour propager des informations non vérifiées, souvent fausses et parfois dangereuses.

Cela commence par un mail annonçant le grand soir pour tous les automobilistes, il appelle au boycott des compagnies Esso et Shell, ces « maudites » multinationales coupables de faire grimper le prix de l’essence. L’objectif ? Pousser les deux majors à baisser leurs prix. Le message demande à chaque internaute de faire suivre l’information auprès de dix personnes parmi ses connaissances et de toucher ainsi le plus grand nombre. Mais l’opération n’est qu’une supercherie, un hoax, en français un canular.

Dans le cas de Esso et Shell, la plaisanterie dure depuis 1999, elle a été lancée au Royaume Uni et au Canada. Pas étonnant donc que le mail maintes fois reproduit appelle à boycotter ces deux compagnies, très bien implantées sur le marché canadien. Dans ces deux pays, cette vraie fausse campagne a contribué à ternir un peu plus l’image des deux groupes déjà malmenés par les appels au boycott de l’organisation écologiste Greenpeace. Utiliser la rapidité des réseaux pour propager de fausses informations, il fallait y penser. Les hoaxeurs profitent de la surinformation pour faire passer l’intox plus facilement à travers les mailles de la Toile.

Faux virus, vrai danger

A côté de ces gags, le domaine rêvé des hoax est celui des fausses alertes aux virus. Le premier canular de l’histoire d’Internet concernait précisément un virus, c’était en 1988. Comme le grand public n’y connaît rien ou presque, la panique est toujours au rendez-vous. Les hackers ont recours à ce type de manœuvres pour semer la confusion. Ainsi, pendant que l’on traque les faux virus, les vrais continuent à se propager dans la nature, une bonne vieille diversion en somme. Sans oublier que si les alertes se multiplient, le public finit par se lasser et relâcher l’attention comme le souhaitent les pirates informatiques.

A supposer même qu’il s’agisse d’une fausse alerte, le hoax représente tout de même un danger. Prenons un exemple devenu légendaire et encore en circulation : un mail présente le fichier Jdbgmgr.exe comme un dangereux virus. L’internaute non averti peut suivre la consigne et détruire le programme incriminé, et du coup se débarrasser ce qui s’avère être un fichier vital. Le résultat est donc le même qu’avec un virus ordinaire sauf que c’est le propriétaire de la machine qui provoque des dégâts sans le savoir !

Ouvrir l’oeil

Alors comment éviter de se laisser mener en bateau ? Il faut commencer par ne jamais prendre pour argent comptant une information arrivée par mail, surtout lorsqu’elle n’est pas accompagnée d’un lien hypertexte vers un site qui confirme sa pertinence. Et peu importe que le courrier électronique provienne d’un collègue de bureau ou d’un ami au-dessus de tout soupçon. Rien n’empêche l’internaute lambda de bonne foi de relayer des canulars sans le savoir.

Pour en avoir le cœur net et se tenir au courant, il existe des sites spécialisés dans la chasse à l’intox. Le plus célèbre d’entre eux s’appelle Hoaxbuster.com, disponible en langue française. On y trouve l’actualité des rumeurs débusquées par l’équipe du site, ainsi qu’une mine d’informations sur les vrais et les faux virus. Les internautes peuvent aussi soumettre de nouveaux hoax. Pour ceux que l’anglais n’effraie pas, on peut recommander Vmyths.com, le plus connu des sites d’alerte aux e-rumeurs, il tire d’ailleurs son nom d’un faux virus. Fier d’exister depuis 1995, le site américain annonce notamment qu’il refuse toute bannière pour des logiciels antivirus, dans le but de rester indépendant.

Si Internet est une invention récente, aucun domaine n’échappe aux rumeurs et ragots les plus variés. Parmi les plus drôles, on en trouve même sur Walt Disney, affirmant qu’il s’agit d’un enfant illégitime adopté par une famille du Middle West et qu’il aurait réussi à échapper au service militaire. Le comble pour un réactionnaire de cette trempe. Mais aussi comique que cela puisse paraître, tout n’est que mensonge.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.