Warning: file_get_contents(/proc/loadavg) [function.file-get-contents]: failed to open stream: Permission denied in /home/www/voxpopuli/www/config/ecran_securite.php on line 317
MUSULMANE MAIS LIBRE - vox-populi.net

Accueil > Culture > MUSULMANE MAIS LIBRE

MUSULMANE MAIS LIBRE

de Irshad Manji

dimanche 25 juin 2006, par Miss Achtar, Nathalie Mauerhofer

Irshad Manji est née en Ouganda, en 1968. Ses parents de confession musulmane quittent le pays sous la menace d’Amin Dada, pour se réfugier au Canada. Ils s’installent donc à Richmond (Colombie britannique) en perdant tous leurs privilèges.
Eux qui étaient de riches marchands de Mercedes deviennent des refuzniks...

Dès la première page, le ton est donné. Les musulmans ne sont pas tous tournés vers l’amour de leur prochain.
Pour preuve, une piqure de rappel : durant des siècles, eux aussi ont réduit certains peuples à l’esclavage, d’une manière souvent très violente.
Irshad Manji parle, nous parle...
Son père, explique-t-elle, battait copieusement leur domestique noir. La parole de l’auteur sera donc accusatrice. C’est de manière méthodique, minutieuse qu’elle s’emploie, tout au long de cette pseudo conversation avec son lecteur (elle s’adresse à nous en nous vouvoyant, forme bien agréable et vivante de communication) à dénoncer les abus de l’Islam, un Islam intégriste dans lequel elle ne se reconnaît pas et qui porte grand tort à cette religion comme à ses pratiquants : « ce n’est pas l’Islam (rigoriste) qui a encouragé ma croyance en la dignité de chaque individu. Ce fut l’environnement démocratique dans lequel ma famille et moi avions immigré : Richmond, où même une petite fille musulmane peut être promise à un brillant avenir. »

Son premier angle d’attaque est celui de la parole non libre, muselée dès la plus tendre enfance. Son esprit curieux la pousse à s’interroger, dès le plus jeune âge, sur certaines injustices.
À la madressa, lieu de culte où son père l’a inscrite, elle questionne. Mais les réponses sont toujours très évasives : « parce que c’est comme ça ».
Puis, devant ses insistances d’enfant à comprendre le monde qui l’entoure, son entourage devient plus catégorique : « c’est écrit dans le Coran », « lis le Coran ou bien tais-toi ».
A huit ans, lire le Coran est une tâche bien ardue. Pourtant, Irshad Manji continue sa quête, cherche à savoir, n’en démord pas : elle s’acharne. L’obstination enfantine est tenace. Dès lors, faute de pouvoir la bâillonner, on la vire de la madressa comme un vilain petit canard.
Confrontée au refus des adultes d’expliquer, qu’à cela ne tienne, elle trouvera elle-même les réponses à ses questions au fil de sa vie. Son enquête commence, sous la bannière de la libre pensée et de la liberté d’expression.
Mais c’est à une très lourde tâche que s’attelle La Courageuse. Brave petit soldat, cette jeune femme tente par ses seuls appels de démolir, pierre après pierre, une muraille de Chine qui ferait le tour du globe terrestre et qui, tel le Phénix, renaîtrait de ses cendres à chaque seconde. Une muraille religieuse construite depuis des siècles et consolidée chaque jour un peu plus par des fanatiques de ce monde, souvent très puissants et dangereux.
Remparts, murailles... des millions de musulmans vivent actuellement emprisonnés dans cette geôle à la fois opaque et transparente, où l’air pur est devenu denrée rare.

C’est donc de manière logique qu’Irshad Manji commence son travail d’investigation par la lecture du Coran. Comme beaucoup, elle arpente ses lignes et découvre des interprétations du Livre sacré approximatives, voire totalement fausses. Cet état de fait ne peut qu’encourager des esprits faibles à accomplir des actes extrêment graves. Parmi les nombreuses bévues qu’elle souligne avec précision, un exemple : ce que les martyrs peuvent attendre en récompense de leur sacrifice, ce ne sont pas des vierges mais des raisins. Selon les spécialistes de langues orientales le mot « hur », que les érudits coraniques ont pendant des siècles traduit par « vierges aux yeux sombres » voudrait plutôt dire « raisins blancs », délices extrêmement coûteux dans l’Arabie du VIIème siècle au point d’en faire des récompenses au Paradis.
Les kamikazes du 11 septembre se seraient bel et bien trompés sur leur récompense !
Risible ?
Non : affligeant !

Irshad Manji continue ses recherches en grimpant dans une petite machine à remonter le temps. Elle débarque en plein âge d’or de l’Islam, entre 700 et 1250 après JC.
C’est à la fois en Irak - cœur de l’empire islamique - et en Espagne que l’on peut constater toute la magnificence de cette période. Les Musulmans travaillent aux côtés des Chrétiens et des Juifs pour traduire et ranimer la philosophie grecque. Irshad découvre, non sans plaisir, la qualité et la richesse de leurs échanges commerciaux, artistiques ou philosophiques. Ensemble, toutes les communautés partagent leurs talents et leur technologie.
Il y a donc eu vraisemblablement une période bénie des dieux où les discriminations étaient très réduites et où l’harmonie régnait pour le bien de l’humanité. Mais qu’est-ce qui a bien pu faire basculer ce monde quasi idyllique ? La réponse, pour Irshad, est évidente : l’appât du pouvoir dont certains sont rongés de l’intérieur. A titre d’exemple, elle mentionne Al-Mutamid, en Espagne, qui fit appel à des « musulmans à poigne de fer » pour consolider ses fortifications contre Alfonso, le menaçant roi de Castille. Ce sont eux qui ont détruit l’Espagne musulmane. A Bagdad, ce fut plus net encore. Ainsi l’auteur explique-t-elle merveilleusement bien comment la religion intégriste a triomphé «  parce qu’elle a été portée par une marée politique favorable  ».

Revenue dans notre siècle, Irshad compte bien explorer la planète, et surtout là où ça bouillonne. Elle se rend donc en Palestine, l’épicentre du magma. Elle rencontre les Musulmans comme les Juifs. Une fois de plus, elle constate que la liberté est bien égratignée du côté musulman. En Palestine, l’intérieur des mosquées est très mal entretenu, seul l’extérieur compte. Manque d’écoles, d’hôpitaux ...
Où passe l’argent donné par l’aide étrangère ? Et puis le climat est malsain. Elle souffre beaucoup de l’accueil : on lui fait porter une ceinture sur sa tunique (signe auquel se soumettent les dhimmi), on ne croit pas qu’elle est Musulmane, on la teste, lui fait réciter des versets...
Elle avoue se sentir bien moins oppressée du côté israélite, où la joie de vivre est plus présente, où les rapports sont courtois, où elle ne ressent pas cette méfiance.

Enfin, elle dénonce ce qu’elle appelle « la mode du désert » et la branche dure de l’Islam : le voile que l’on porte dans les pays chauds pour se protéger du soleil n’a, pour elle, aucune raison d’existence dans les pays occidentaux. Son regard butte à tout moment : Ben Laden qui se cache dans les grottes et plagie Mahomet ; l’Arabie Saoudite, pays dans lequel la femme a un statut social égal à celui d’un chien, où la malheureuse qui se fait violer est condamnée à mort si elle ne trouve pas 4 témoins masculins pour appuyer ses dires ; des pays qui commercent avec le monde entier mais auxquels on ne saurait opposer les droits de l’homme.

Face à ces horribles répressions, elle prône « l’Opération Ijtihad », axée sur 3 points fondamentaux :
- 1. Le pouvoir économique restauré pour les femmes. Ce point central a déjà vu le jour dans certains pays, avec notamment les petits crédits qui libèrent le talent pour les affaires des femmes musulmanes.
- 2. L’expression entièrement libre, dont la liberté de culte et la circulation des livres sans entrave.
- 3. L’instauration d’impôts qui donnent aux imposables un pouvoir économique et politique.

Il y aurait encore beaucoup à dire sur ce livre pénétrant et extrêmement riche consacré à l’Islam. Mais nous laissons le soin à nos lecteurs de découvrir ses trésors. Et même si Irshad Manji parle de manière un peu trop douce de Georges Bush ou des Croisés, saluons encore une fois son courage immense, son honnêteté et sa justesse. Elle rejoint en ce sens les plus grandes résistantes comme Taslima Nasreen, frappée par la fatwa, à qui elle rend hommage en citant son combat.

NB : Miss Achtar illustre Vox pop’ !

Visiter son site :
http://www.miss-achtar.net/

Creative Commons License
Cet article et ses dessins sont mis à disposition de tous sous un contrat Creative Commons.

Messages

  • bravo ! eh bien soit vous étes une sacrée menteuse ou une ignorante qualifiée .
    Vos propos sont erronées et denués de fondement , et ne dites pas que vous ete musulmane car vous ne ressemblez pas a une musulmane .Vous n etes qu une extemiste arrierer qui soutient les "busher" assoifé de sang musulman qui parle au au nom de la liberter.Tes propos raciste envers les musulman font de toi une hypocryte.Vous parler de liberter , et j en rigole alors dites moi qui est ce qui commet des attentats terroriste et qui assassine les enfants en afghanistan en palestine en irak ? et qui occupe ces meme territoires ? ce sont peut etre les musulman ?? et bien non ce sont bien les extremiste terroriste judéo-chretienne qui mène une guerre contre l islam

    • D’habitude, la rédaction boycotte ce genre de messages, mais celui-là est tellement instructif que je n’ai pas résisté : votre pensée est à la hauteur de votre orthographe et de votre pitoyable tentative de manipulation comme du vide sidéral de vos arguments. Je laisse en conséquence votre message parler de lui-même : vous n’avez pas de pire ennemi que vous...

      GSD

    • et voila , des qu on ose critiquer le fascisme islamique , un islamofasciste se leve pour invectiver sa haine .
      il faut extirper le chancre de l islam de la civilisation.
      ces gens qui venerent un pedophile assassin et criminel n ont pas a la ramener.
      mahomet , l islam et allah sont des creations de mâles pathetiques , machos et ridicules

    • PROPAGANDA MACHINE

      Attention : une multitude de messages criblés de fautes d’orthographes et à contenu violents ou violemment défensifs sont prétendument écrits par des musulmans mais sont fabriqués par des non-musulmans.

      C’est une technique de propagande quand l’époque s’y prête.

      Des messages de ce genre, il y en a autant de vrais que de bidons, voir plus de bidons aujourd’hui que de vrais.

      Ces merdes sont à bannir d’un site sérieux.

  • Je suis un ancien musulman et je suis bien d’accord avec vous. Je reconnais bien là le discours fait de " Parce que c’est comme ça " servi à longueur de journée dès le plus jeune âge, sans doute la phrase que j’ai le plus entendue de mon enfance. Comme Irshad Manji, on peut s’en sortir, il faut juste de l’obstination mais on peut s’en sortir.

  • C’est déjà un bon début de se rendre compte de ce que l’islam est aujourd’hui.

    Par contre il faudrait tordre le cou une bonne fois pour toute au mythe de la tolérance musulmane à l’égard des autres religions et de l’existence d’un brillant "Age d’Or" de la civilisation islamique.

    "Elle débarque en plein âge d’or de l’Islam, entre 700 et 1250 après JC.
    C’est à la fois en Irak - cœur de l’empire islamique - et en Espagne que l’on peut constater toute la magnificence de cette période. Les Musulmans travaillent aux côtés des Chrétiens et des Juifs pour traduire et ranimer la philosophie grecque. Irshad découvre, non sans plaisir, la qualité et la richesse de leurs échanges commerciaux, artistiques ou philosophiques. Ensemble, toutes les communautés partagent leurs talents et leur technologie."

    C’est beau et émouvant mais hélas, mille fois hélas, essentiellement faux. Et qu’il soit rabaché maintes fois et gravé dans l’esprit des jeunes générations ne rend pas ce mensonge plus vrai.

    Car dans toute cette coopération intellectuelle, les arabes musulmans apportèrent bien peu mais s’attribuèrent beaucoup.

    N’oublions pas que cet "Age d’Or" fut économiquement autant qu’intellectuellement permi par la conquète brutale et guerrière, par le pillage et le meurtre , par la mise en esclavage et l’anéantissement de l’âme des populations conquises.

    Ainsi les chrétiens et les juifs furent spoliés de leurs biens, de leurs terres et de leurs pays, puis au fil des siècles privés de leurs langues et de leurs cultures, de leurs religions. Et celà par la force, par la contrainte et l’humiliation de tout ce qui n’était pas musulmans.

    Et quand il n’y eu plus rien ou presque à conquérir ou à exploiter, on sait ce qu’il advint de cet "Age d’Or"

    • Et pourtant il y a eu ( dans l’Age d’Or) et il y a toujours des Musulmans qui prônent la tolérance, des intellectuels, qui au prix de leur vie ont défendu la liberté de pensée, qui ont fait et qui font encore un véritable rempart à l’intégrisme. C’est à eux, et je vous conseille vivement de lire ce livre,que l’auteur rend hommage, un hommage auquel nous participons sur ce site. Les grands combattants de la liberté sont d’abord à l’intérieur des pays concernés. Mais voilà ! ils sont la plupart du temps massacrés ou emprisonnés. Quant à l’apport de la civilisation musulmane dans le monde, il est indiscutablement bien plus important que ce que vous suggérez. Enfin rappelons deux points essentiels : les Chrétiens n’ont pas été les derniers à spolier autrui et bien que toute religion soit fort dangereuse, elles ne sont pas les seules, hélas !, à se gaver du sang de leur prochain.

    • ==<< Et pourtant il y a eu ( dans l’Age d’Or) et il y a toujours des Musulmans qui prônent la tolérance, des intellectuels, qui au prix de leur vie ont défendu la liberté de pensée, qui ont fait et qui font encore un véritable rempart à l’intégrisme. >>==

      Mais les questions essentielles sont :

      - ont-ils agis plus en tant que musulmans et dans l’espace qui leur est accordé par l’islam ou en tant qu’hommes dans un espace plus large et plus libre ?
      - quelle a été et quelle est leur influence réelle sur l’évolution de l’islam ?
      - sont-ils si nombreux à mettre en pratique publiquement leur tolérance lorsque celà a un prix ?

      ========================================

      ==<< les Chrétiens n’ont pas été les derniers à spolier autrui >>==

      Un musulman peut justifier ces spoliations par les textes et la pratique passé de l’islam, et l’exemple de Mahomet tel qu’il est connu. Il y est même encouragé.

      Il n’en va pas de même pour un chrétien, qui serait bien en peine de se justifier à l’aide des évangiles.

      ==<< et bien que toute religion soit fort dangereuse >>==

      Ou comment se décrédibiliser totalement en huit petits mots... En toute logique, une religion n’est initialement qu’un ensemble de pratiques et d’idées. Juger ainsi d’emblée que toute religion est entièrement mauvaise et ce par sa seule nature religieuse, sans argumenter en se basant sur la foi les croyances et les pratiques particulières de cette religion, au cas par cas, dans un cadre moral et intellectuel de référence, et opposer ces mêmes religions à d’autres ensembles tout autant composés de pratiques et d’idées et tout autant non évalué, est à la fois un raccourci et une faute logique évidente et grave, mais surtout une démonstration d’aveuglement idéologique.

      Toute idéologie, par son ampleur, intellectuelle, démographique et temporelle, peut acquérir un pouvoir plus ou moins grand, et par conséquent un potentiel néfaste. Y compris la votre, et bien d’autre encore qui ne sont pas des religions.

      Et d’ailleurs vous le reconaissez vous-même :

      ==<< elles ne sont pas les seules, hélas !, à se gaver du sang de leur prochain.>>==

      ========================================

      ==<< Quant à l’apport de la civilisation musulmane dans le monde, il est indiscutablement bien plus important que ce que vous suggérez. >>==

      Veuillez pardonner mon scepticisme, mais jusque là je n’ai jamais vu, lu ou entendu d’inventaire exhaustif ou de démonstration crédible de cette affirmation pourtant maintes fois répétée.

      De plus parler de civilisation musulmane revient à n’en considérer que l’aspect religieux et philosophique directement inspiré par l’islam. Il aurait mieux valu parlé de civilisation arabo-musulmane. Même si celà reste encore une approximation mensongère, car il faudrait distinguer les apports des civilisations antérieures (grecque, persanne, indienne, égyptienne...) amalgamé par la conquète arabo-musulmane .

      Ce livre que vous présentez est sans doute un TEMOIGNAGE fort instructif sur le PRESENT. Mais j’attend encore un livre d’HISTOIRE.

      ========================================

      Et dernière chose, que je n’avais pas remarqué de prime abord dans votre article, mais qui m’informe un peu plus sur vos parti-pris et vos oeuillères idéologique :

      ==<< Et même si Irshad Manji parle de manière un peu trop douce de Georges Bush ou des Croisés >>==

      Présenter le livre d’Irshad Manji en introduisant ce petit bout de phrase qui ne porte que vos propres considérations politiques, sans prendre la peine de bien faire la séparation ou bien même de vous justifier est un procédé douteux, qui vous décrédibilise un peu plus.

    • Décidément cher monsieur, vous avez de la lecture cet été, sortez de votre caverne ! ... Je regrette la manière dont vous traitez les autres d’incultes voire d’illettrés d’autant que vos propos sont totalement infondés et reflètent une méconnaissance ahurissante de cette fameuse période de l’Age d’Or, vos sources sont peu claires et surtout d’un vague ! à tomber par terre ! Soyez précis pour une fois car votre pensée creuse ne fait que vous désservir.
      Ensuite, que les chrétiens ne puissent pas s’appuyer sur les évangiles pour anéantir la liberté d’autrui : ça c’est un vrai scoop ! en tout cas non référencé dans le système solaire. La papauté qui applique les évangiles à la lettre et instaure un intégrisme forcené, un manque cruel de liberté individuelle dont beaucoup de familles catholiques ont souffert et souffrent encore et dont je suis !

      Par ailleurs je ne sais lequel de vous ou de moi est victime d’une idéologie dévastatrice et galopante mais je trouve vos propos violents, intolérants et insultants très proche d’un catholique intégriste. Or nous luttons sur ce site contre l’intégrisme de tout bord. Et c’est bien votre démarche intolérante qui me gêne dans tous vos propos. Sachez que nous sommes en démocratie et que j’ai le droit de donner mon avis sur un livre car j’ai l’honnêteté de ne pas appliquer les propos sur Bush à l’auteur. Mais je ne vois en quoi cela vous dérange, vraiment ! quelle intolérance !

    • Ma première réaction à la lecture de votre réponse c’est le mépris.

      Par charité chrétienne je vous répond quand même (et notez bien que je n’avais jusque là pas fait mention d’une quelconque de mes croyances personnelles à ce sujet...).

      A ce que je sâche, je ne vous ai pas traité d’imbécile ou d’inculte, ni insulté dans mes commentaires. Par contre vous même ne vous privez pas d’user d’un mépris grossier et insultant, tout en cherchant à me mettre sur le dos vos propres défauts. Passons.

      ==============================

      Je n’ai pas fondé mes paroles par des faits précis parce qu’à la lecture de votre article lui-même il m’apparaît que ce n’est pas le sujet principal du livre que vous présentez. En outre les commentaires de cet article ne constituent pas le lieu approprié. Et d’éventuels lecteurs de mes propos seraient, je l’espère, assez motivés et curieux pour se faire par eux-même une idée sur la question, que je me garde bien de leur imposer.

      En résumé, je me contentais surtout de remettre en question une opinion répandue sur ce fameux "Age d’Or", qui, je le répète, ne m’a jamais été présenté de façon convaincante ou sérieuse. Et vous ne faîtes pas exeption, malheureusement.

      ==============================

      De plus, je remarque que vous non plus n’étayez pas vos affirmations.

      Je ne vais pas m’appesantir sur votre visible animosité à l’encontre de l’Eglise, ne connaissant ni votre histoire personelle ni les menbres de l’Eglise qui ont pu vous faire si mauvaise impression.

      Il ne fait cependant aucun doute à mes yeux que vos connaissances sont à ce sujet plus que partielles et "peu claires et surtout d’un vague ! à tomber par terre !" pour reprendre vos propres expression.

      ==============================

      Venons en plutôt à ce qui me pousse finalement à vous répondre plutôt qu’à vous ignorer.

      J’exprime parfois mes opinions de façon très tranchée, et je peu comprendre que celà vous semble violent ; il m’arrive aussi d’être un peu trop verbeux, ce qui peut nuire à la clarté de mes propos.

      Je fais donc l’effort de vous ré-exposez mon point de vue.

      Shématiquement, qu’ai-je écris ?

      - (1) je remet en cause le dogme d’un "Age d’Or"
      - (2) je réagit à votre évocation du Christianisme, qui brouille le sujet et le rend encore plus vague, tout en distillant un parfum d’anti-christianisme malvenu
      - (3) je me demande, et sur la bases de vos propres mots, quelles peuvent bien être vos préjugés idéologiques

      Vous en concluez donc que je suis intolérant, intégriste catholique. Même ma démarche serait intolérante.

      Voilà un raisonnement bien irrationnel, plein de raccourcis.

      Sans comentaire.

      ==============================

      Pour finir, parlons un peu de monsieur Bush. Quelles que soient vos opinions à son sujet, dont, et vous m’excuserez l’expression, je me contrefout royalement, une phrase telle que "Et même si Irshad Manji parle de manière un peu trop douce de Georges Bush ou des Croisés" n’a pas sa place dans votre article, si votre but est seulement de faire connaître ce livre et son auteur.

      Je pense que cette phrase :

      - entretien une continuité évitable entre l’expression de vos idées et votre avis sur ce livre
      - relève d’un procédé douteux, la greffe hors de propos de votre opinion personelle, une forme de matraquage "en douceur" (mais pas très subtil)
      - sert surtout à flatter votre ego de personne "tolérante" mais paradoxalement détentrice de la perfection morale et politique, autorisée à donner des "bon points" à ceux qui ont le courage d’exposer leur opinions publiquement
      - est, surtout, insultant et méprisant envers Irshad Manji et les idées qu’elle expose dans son livre

      ==============================

      ==<"Sachez que nous sommes en démocratie et que j’ai le droit de donner mon avis sur un livre car j’ai l’honnêteté de ne pas appliquer les propos sur Bush à l’auteur. Mais je ne vois en quoi cela vous dérange, vraiment ! quelle intolérance !">==

      D’une part il ne s’agit pas de "Démocratie", mais de "Liberté d’Expression", d’autre part je ne vous empêche ni de donner votre avis sur un livre ni d’exprimer vos opinions politiques.

      Ce qui me dérange, et vous faignez de ne pas le voir, c’est que vous fassiez suivre le premier par les secondes, sans coupure ou transition, sans même prendre la peine d’exposer les écrits d’Irshad Manji au sujet de monsieur Bush, ce qui vous fournirait pourtant un point d’ancrage logique.

    • Livres d’histoire sur l’aire arabo-turco-musulman : entre autres, ceux de Monsieur Georges Corm.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.