Warning: file_get_contents(/proc/loadavg) [function.file-get-contents]: failed to open stream: Permission denied in /home/www/voxpopuli/www/config/ecran_securite.php on line 317
LÉGISLATIVES, PAS DE VAGUE BLEUE - vox-populi.net

Accueil > Politique française > LÉGISLATIVES, PAS DE VAGUE BLEUE

LÉGISLATIVES, PAS DE VAGUE BLEUE

lundi 18 juin 2007, par Rezki Mammar

L’Assemblée nationale sera moins à droite que prévu. La vague bleue a même pris une teinte violette. Le Parti socialiste sort renforcé au deuxième tour.
De son côté, l’UMP essuie un sérieux revers avec la défaite d’Alain Juppé, qui devra quitter le gouvernement.
Ce scrutin illustre la bipolarisation politique de la France et permet une légère féminisation du Palais Bourbon.

Le mobilisation n’était pas au rendez-vous pour le second tour des législatives le 17 juin. Près de 39% des inscrits se sont abstenus.
Le nombre de femmes élues progresse et passe de 87 à 107 sièges de l’Assemblée. Parmi elles, 48 socialistes et 45 UMP. Il s’agit d’une évolution nette, mais avec 18,54% de femmes, on est loin du meilleur élève de l’Union européenne : les 45,3% des Suédoises élues au Riksdag, le Parlement de Stockholm...

Le PS contient la vague bleue

Le scrutin favorise la majorité présidentielle.
L’UMP obtient 313 sièges et dispose ainsi d’une majorité absolue. Le nouveau centre composé de dissidents UDF ralliés à Nicolas Sarkozy compte 22 députés. Le Mouvement pour la France obtient un seul siège.

Le Modem souffre de l’absence d’alliance, il est aussi la formation la plus durement frappée par l’absence de proportionnelle.
A gauche, le Parti socialiste sort renforcé de cette élection et parvient à limiter la vague bleue attendue. Le PS obtient 186 sièges.
Les Verts passent de 3 à 4 élus. En revanche, le Parti communiste poursuit son déclin : de 36 élus en 1997, puis 21 en 2002, les communistes ne sont plus que 15 désormais.
Ce nombre est insuffisant pour former un groupe parlementaire à eux seuls. Les radicaux de gauche obtiennent 7 sièges. Les communistes, les écologistes et les radicaux profitent du soutien socialiste, les deux derniers tirant également avantage d’un report des voix centristes en leur faveur.
Le Front national et l’extrême gauche sont doublement pénalisés : d’abord par leur mauvais score à la présidentielle, ensuite par le mode de scrutin majoritaire qui favorise les alliances.

Les circonscriptions marquantes

Le parachutage n’a pas profité à l’UMP Arno Klarsfeld battu à Paris par la PS Sandrine Mazetier (55,9%). En Isère, Alain Carignon rate son retour à l’Assemblée face à la PS Geneviève Fioraso (63,03%).

La majorité présidentielle subit un sérieux revers à Bordeaux avec la défaite d’Alain Juppé battu par la socialiste Michèle Delaunay (50,93%). L’ancien premier ministre de Jacques Chirac a démissionné du gouvernement le 18 juin au matin et annoncera prochainement s’il reste à la tête de Bordeaux.
Dans le Val-de-Marne, Jean-Marie Cavada du Modem loupe son parachutage face à l’UMP Henri Pagnol (54,23%).

Dominique Strauss-Kahn l’emporte à Sarcelles. Le socialiste sortant avait obtenu 37% au premier tour, soit 90 voix de moins que la candidate UMP Sylvie Noachovitch.
L’avocate vedette de l’émission Sans Aucun doute sur TF1 a bénéficié de sa popularité télévisée... jusqu’à ce qu’une polémique éclate autour de propos racistes qu’elle aurait tenus.
"Mon mari peut dormir tranquille. Dans ma circonscription, il n’y a que des Noirs et des Arabes. L’idée de coucher avec l’un d’entre eux me répugne." aurait déclaré l’avocate, comme le rapporte Le Canard enchaîné dans son édition du mercredi 13 juin.
Sylvie Noachovitch aurait tenu ces propos au sein d’un jury littéraire. Le journaliste Nicolas Poincaré confirme avoir entendu la phrase incriminée.

Les principaux sortants socialistes gardent leur siège, même Arnaud Montebourg (50,34%) en difficulté dans la Saône-et-Loire.
En revanche, Jean-Pierre Chevènement n’est pas parvenu à reprendre son siège perdu en 2002 dans le Territoire de Belfort face à l’UMP Michel Zumkeller (54,48%).

Dans les Deux-Sèvres, Ségolène Royal réussit le parachutage de Delphine Batho (57,42%). La candidate socialiste à l’Elysée quitte le Palais Bourbon pour se consacrer à la présidence de sa région et à la préparation des prochaines présidentielles.

Messages

  • "L’Assemblée nationale sera moins à droite que prévu", mais elle est à droite, avec la majorité absolue. Le réveil du dernier dimanche est certain, mais il est tardif et insuffisant.

    "Le Parti socialiste sort renforcé au deuxième tour."

    Il a toujours constitué la colonne vertébrale de la gauche, et aujourd’hui plus encore, quand des mouvements et des partis de gauche qui sont internationalement représentatifs et puissants, je pense aux Verts et aux altermondialistes, ne parviennent pas en France à être à la hauteur de la valeur de leurs idées, de leurs propositions et du soutien des citoyens dont ils bénéficient en général sur des sujets éminemment politiques, les cultures agricoles entre l’industrialisation et le développement respectueux de l’environnement, le partage des richesses, ...

    "De son côté, l’UMP essuie un sérieux revers avec la défaite d’Alain Juppé, qui devra quitter le gouvernement."

    C’est le gros coup de ce dimanche, avec ses effets en cascade, de la responsabilité même de Juppé et de Fillon, puisque ce dernier avait fixé ce principe de l’obligation d’élection pour que les députés élus restent ministres. La défaite de Juppé dans une circonscription intérieure à Bordeaux est un évènement politique, parce que sociologique, tant la droite représente la bourgeoisie bordelaise ; et Mme Delaunay doit sa victoire aussi au fait qu’elle est tout sauf une gauchiste, ce sont ses propres mots. Les Bordelais de cette circonscription qui l’ont élu n’étaient pas inquiets, elle ne sera pas l’âme d’une révolution.

    "Le mobilisation n’était pas au rendez-vous pour le second tour des législatives le 17 juin. 10,01% des inscrits se sont abstenus."

    10 ou 40 % ?

    "Le nombre de femmes élues progresse et passe de 87 à 107 sièges de l’Assemblée. Parmi elles, 48 socialistes et 45 UMP. Il s’agit d’une évolution nette, mais avec 18,54% de femmes, on est loin du meilleur élève de l’Union européenne : les 45,3% des Suédoises élues au Riksdag, le Parlement de Stockholm..."

    La parité est un principe, pas une obligation de résultat, alors...

    "Le Modem souffre de l’absence d’alliance, il est aussi la formation la plus durement frappée par l’absence de proportionnelle."

    Bayrou est le principal responsable de cette défaite. Sa politique du ni-ni est construite sur l’indécision et l’indifférenciation généralisées. Il n’y a pas de contenu, mais une suite de lapalissades, "je voterai les bons projets, je ne voterai pas les mauvais" - comme tout le monde !

    "Le parachutage n’a pas profité à l’UMP Arno Klarsfeld battu à Paris par la PS Sandrine Mazetier (55,9%)"

    L’engagement de Klarsfeld avec cette droite est, eu égard à ses mobilisations passées, scandaleux, et il est bien puni par une défaite méritée.

    "En Isère, Alain Carignon rate son retour à l’Assemblée face à la PS Geneviève Fioraso (63,03%)."

    Il n’y a donc pas de prime aux condamnés, enfin, dans son cas...

    "L’avocate vedette de l’émission Sans Aucun doute sur TF1 a bénéficié de sa popularité télévisée... jusqu’à ce qu’une polémique éclate autour de propos racistes qu’elle aurait tenus.
    "Mon mari peut dormir tranquille. Dans ma circonscription, il n’y a que des Noirs et des Arabes. L’idée de coucher avec l’un d’entre eux me répugne." aurait déclaré l’avocate, comme le rapporte Le Canard enchaîné dans son édition du mercredi 13 juin.
    Sylvie Noachovitch aurait tenu ces propos au sein d’un jury littéraire. Le journaliste Nicolas Poincaré confirme avoir entendu la phrase incriminée."

    Inouï ! Quelle trahison pour TF1, une chaîne de si haute tenue...

    "Les principaux sortants socialistes gardent leur siège, même Arnaud Montebourg (50,34%) en difficulté dans la Saône-et-Loire."

    Quelle majorité ! Sur le fil du rasoir, mais il a suffit pour être tranchant, et ne pas laisser la tête de cet adversaire casté pour battre Montebourg parvenir à des fins très parisiennes, même élyséennes...

    "En revanche, Jean-Pierre Chevènement n’est pas parvenu à reprendre son siège perdu en 2002 dans le Territoire de Belfort face à l’UMP Michel Zumkeller (54,48%)."

    Adieu, Jean-Pierre. Et sans regret, quand on ne veut pas oublier le tort qu’il a commis en 2002 contre un Jospin qui n’avait pas déjà besoin qu’on en ajoute, puisqu’il se chargeait lui-même déjà bien de cela...

    Voir en ligne : L’action littéraire

    • LÉGISLATIVES, PAS DE VAGUE BLEUE (et tant mieux…)
      Vous lisant depuis longtemps, je ne puis vous répondre au jour d’aujourd’hui (pour ne pas reprendre des politiques). Cette constatation des faits de la campagne dans l’article posant des interrogations sur une politique de gauche est en effet stérile. Comment ne pas critiquer les médias par exemple TF1, proie facile, sur la « com » de Sarkozy, devrais-je dire le pseudo-dialogue politique de Sarkozy.

      Pauvre Juppé avec ces casseroles-et-ces-condamnations victime d’un système Chirac dont les votants non pas compris le côté anachroniques. (Grève de 95 sur les régimes spéciaux ?)

      Je reprends l’article, désolé les idées sont partisantes et pertinentes mais ne sont pas lier entrez elles avec le nouveau « système » en place, mais avec un raisonnement des années 80 :

      « Je pense aux Verts et aux altermondialistes, ne parviennent pas en France à être à la hauteur de la valeur de leurs idées, de leurs propositions »
      Les verts ? L’écologie ne devrait pas être républicaine et citoyenne (CAD être accompagnée par des mesures concrètes) présente dans tous les programmes, pour être assimilée avec les altermondialistes, qui dénoncent le système, sans proposer une alternative …

      Juppé :
      « Les Bordelais de cette circonscription qui l’ont élu n’étaient pas inquiets, elle
      (NDR : Mme Delaunay) ne sera pas l’âme d’une révolution. »
      L’article dévie littéralement ici après une énumération de défaites pour cause de parachutés n’en t-il pas à gauche ?

      Quelle majorité ! Sur le fil du rasoir, mais il a suffit pour être tranchant, et ne pas laisser la tête de cet adversaire casté pour battre Montebourg parvenir à des fins très parisiennes, même élyséennes...
      Conclusion qu’on aurait pu lire ou traduire entre les lignes :
      Le problème étant que la gauche a reconduite, dans ses doutes elles subsistent, une large défaite aurait pu rénover ce parti…

      Je voudrais simplement une société égalitaire et libertaire, et non pas sans propositions…

    • Erreur de frappe sur les abstentionnistes, en effet.
      Merci de l’avoir relevée.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.