Warning: file_get_contents(/proc/loadavg) [function.file-get-contents]: failed to open stream: Permission denied in /home/www/voxpopuli/www/config/ecran_securite.php on line 317
LES VOEUX DU PRÉSIDENT - vox-populi.net

Accueil > Politique française > LES VOEUX DU PRÉSIDENT

LES VOEUX DU PRÉSIDENT

lundi 31 décembre 2007, par Gaëlle Sartre Doublet, Miss Achtar

Nicolas Sarkozy est un homme proche du peuple...
Au terme de cinq jours de vacances avec l’ex-mannequin et chanteuse Carla Bruni, voyageant en jet privé généreusement prêté par son ami milliardaire Vincent Bolloré, il s’est tout simplement refusé à répondre aux questions des journalistes qui relayaient les attaques de l’opposition socialiste sur les conditions de son séjour en Egypte.
"Rien" a-t-il condescendu à dire, ajoutant "J’aurai l’occasion d’évoquer ces questions et bien d’autres au moment de la conférence de presse que je tiendrai en France le 8 janvier".
On en brûle déjà d’impatience. Non sans humour, notre hyper-président se paye le luxe (décidément, c’est une manie) d’apostropher les journalistes : "Je remercie les médias français de s’intéresser davantage à mon déplacement qu’ils ne s’intéressaient aux déplacements de mes prédécesseurs". A sa décharge, il faut bien reconnaître qu’après ses vacances à Malte cet été sur le yatch Paloma prêté par son décidément cher ami Vincent Bolloré - et accessoirement disponible à la location en saison basse pour la modique somme de 173.000 euros par semaine - Sarkozy, cette fois-ci, a finalement fait dans le "popu"...
Bah ! Nul doute qu’il se rattrapera en 2008.
Happy new year mister president !

Pour la plèbe, tout demeure cependant mini, mini, mini...

mini salaires

mini pouvoir d’achat

mini vacances

mini retraites

maxi emmerd... !

NB : Miss Achtar illustre Vox pop’ !

Visiter son site :
http://www.miss-achtar.net/

Creative Commons License
Cet article et ses dessins sont mis à disposition de tous sous un contrat Creative Commons.

Messages

  • "Un grand nous fait assez de bien quand il ne nous fait pas de mal" : qui disait cela ? Beaumarchais je crois. De fait, on ne les changera pas : roi ou président, dictateur ou démocrate, le riche oublie le pauvre, le puissant oublie le faible, un peu comme les vieux oublient qu’ils ont été jeunes. Cela n’a pas changé depuis Beaumarchais qui se plaignait déjà que cela n’avait pas changé depuis... la nuit des temps. Et nous, que ferions-nous à leur place ? La même chose sans doute. Finalement, heureusement que nous ne sommes pas présidents.
    Régis.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.