Warning: file_get_contents(/proc/loadavg) [function.file-get-contents]: failed to open stream: Permission denied in /home/www/voxpopuli/www/config/ecran_securite.php on line 317
Y A-T-IL ENCORE DES JEUNES POUR SE RÉVOLTER ? - vox-populi.net

Accueil > Rive droite, rive gauche > Y A-T-IL ENCORE DES JEUNES POUR SE RÉVOLTER ?

Y A-T-IL ENCORE DES JEUNES POUR SE RÉVOLTER ?

vendredi 16 janvier 2009, par Marion Perrier

A l’heure où les émeutes en Grèce inquiètent, paraît-il, les dirigeants français et où la crise financière questionne le mode de développement économique adopté partout dans le monde ces dernières années, la jeune génération pourrait être porteuse d’un large mouvement de contestation et de réflexion sur le fonctionnement de nos sociétés. Mais où sont donc les nouvelles idées et les belles utopies ? Quels audacieux projets la jeunesse peut-elle confronter à un modèle de société vieillissant dont rien ne semble plus pouvoir sortir de bon ?

On a beau chercher, on ne trouve pas grand-chose de nouveau sous le soleil. Les mouvements de contestation observés en France et en Grèce ressemblent bien plus à un dernier sursaut de colère de la part d’une génération désabusée et résignée qu’aux prémisses d’une révolution porteuse de renouvellement.

Certes, dans leur majorité, les jeunes ne semblent pas adhérer au système actuel et à un modèle de société qui les exclut très largement et leur offre bien peu de perspectives d’avenir. Ils paient plus que leur part dans le marasme économique ambiant. S’ils surfent sur les nouvelles opportunités ouvertes par la mondialisation, ils sont aussi conscients de ses méfaits. La circulation rapide de l’information à travers le monde ne leur permet que de constater l’absence de modèles de société alternatifs.

Mais en quoi peuvent-ils croire ? Les révolutions d’antan ont montré leurs limites et, malgré les nombreuses alertes lancées par des voix divergentes, le capitalisme financier, qui pousse à son paroxysme l’individualisme déjà bien ancré dans nos sociétés, semble pouvoir survivre à la crise actuelle. Les jeunes d’aujourd’hui connaissent l’ampleur des changements qui seraient nécessaires pour éviter, par exemple, la catastrophe écologique et climatique vers laquelle nous nous dirigeons. Ils savent aussi que ces changements n’auront pas lieu parce que l’Homme voit bien plus clairement ses propres intérêts que ceux de la collectivité.

Aujourd’hui, l’attitude des jeunes laisse peu de place à l’optimisme et à l’espoir. Les plus défavorisés se sentent impuissants et cessent parfois, tout simplement, de s’intéresser aux affaires publiques et à la vie politique de leur société pour se recentrer sur les dernières valeurs qui ont encore un sens pour eux. Fonder un foyer et faire des enfants à dix-huit ans : bel indice des perspectives limitées qui s’offrent aux moins nantis dans une société qui prône pourtant le dépassement des frontières et la mobilité de chaque individu. D’autres préfèrent encore se voiler la face et faire preuve d’une fausse insouciance, reportant à demain le moment de prendre ses responsabilités.

Combien sont-ils ces étudiants pourtant instruits et conscientisés qui, intégrant une école prestigieuse après en avoir bavé en classe préparatoire, restent convaincus qu’ils ne doivent leur réussite qu’à eux-mêmes ? N’en déplaise à Bourdieu et autres fustigeurs du règne de l’idéologie dominante, le mythe de la méritocratie à l’école a encore des adeptes. Les plus pragmatiques ont décidé de tirer parti d’un système dont ils connaissent les failles. « Vieux cons » à vingt ans, quoi de plus naturel dans une France où fermer les yeux et se taire semble être la stratégie la plus efficace pour assouvir ses ambitions et son besoin de reconnaissance ?

Effectivement, la colère gronde chez la nouvelle génération, nous avons la contestation dans les gènes. Mais les révolutions, même porteuses de progrès, ont toujours montré combien le fossé était grand entre les idées et la réalité. Aujourd’hui, les idées manquent à la jeunesse pour qu’elle joue son rôle de guide dans une société à la dérive.

Merci à dOLicHoCePhaLe pour l’illustration
http://www.dolichocephale.net

Pour aller plus loin :

- Retour sur l’origine des émeutes en Grèce.

- Une comparaison entre les émeutes françaises de 2005 et les récentes émeutes grecques. Le point de vue d’un Grec.

- Message à la jeunesse : 13 résistants lancent un appel.

Messages

  • Une simple question, Marion : qu’entendez-vous par étudiants "conscientisés" ?

    Voir en ligne : http://chroniquevirgule.canalblog.com

    • Toutes mes excuses pour le néologisme et, plus largement, pour le sens effectivement un peu flou du terme « conscientisés ».

      Je faisais ici allusion à des jeunes qui, parce qu’ils ont eu accès aux études, ont aussi les connaissances et les clés nécessaires pour comprendre les enjeux auxquels notre société fait face. Ces étudiants sont, certes, souvent prêts à manifester leur désaccord avec telle ou telle politique et capables d’argumenter leur prise de position mais, de façon générale, refusent d’agir quand cela pourrait remettre en cause leurs propres intérêts ou ceux qu’ils perçoivent comme tels.

  • Il me semble que nous sommes actuellement, du moins nous autres européens, au niveau de la conscience, dans une situation désespérée.
    Les problèmes sont connus : désastre écologique, surpopulation, développement d’un capitalisme qui est en grande partie responsable du bel avenir qui nous attend. Mais tandis que nous devrions réfléchir, nous continuons dans la voie de l’égoïsme qui nous étouffera, du consumérisme qui nous mènera à la tombe.
    La crise financière aurait dû nous réveiller, mais il n’en fut rien. Poursuivant sur le chemin que nous désignent capitalistes et publicitaires, nous ne levons le petit doigt que pour continuer d’assouvir nos caprices
    Comment espérer, nous qui n’avons pas su préserver ce que nous ont transmis nos parents (culture et conscience ouvrières), espérer dans ces conditions que notre jeunesse soit différente de nous ?
    Nous reste un dernier espoir : que la crise s’amplifient, que les sociétés licencient à tout va, que les consciences se réveillent et se développent…

    Voir en ligne : http://chroniquevirgule.canalblog.com

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.