Warning: file_get_contents(/proc/loadavg) [function.file-get-contents]: failed to open stream: Permission denied in /home/www/voxpopuli/www/config/ecran_securite.php on line 317
MAYOTTE : QUAND LA FRANCE REDÉCOUVRE LE COLONIALISME - vox-populi.net

Accueil > International > MAYOTTE : QUAND LA FRANCE REDÉCOUVRE LE COLONIALISME

MAYOTTE : QUAND LA FRANCE REDÉCOUVRE LE COLONIALISMEMAYOTTE : QUAND LA FRANCE REDÉCOUVRE LE COLONIALISME

dimanche 25 janvier 2009, par Gaëlle Sartre Doublet

J’ai cru tomber de ma chaise lorsque, tout à fait par accident, j’ai appris que la France allait s’enrichir, à partir du 29 mars, d’un 101ème département.
C’est con, 100, ça faisait un compte rond, mais bon, la France, pays d’accueil, me poussait à m’intéresser aux derniers arrivants.
Donc, je m’informe. Les Belges ? Malgré leurs démêlés politiques, raté ! Les Suisses alors ? En pleine crise financière, nous en aurions bien besoin, pourtant ce n’est toujours pas d’eux dont il s’agit.
Mais alors, qui peuvent bien être désormais nos nouveaux compatriotes ?
Tenez-vous bien : les Mahorais !

Que les choses soient claires, je n’ai rigoureusement rien contre les Mahorais. D’ailleurs, jusqu’à hier soir, je ne connaissais même pas leur petit nom. J’avais fort bien travaillé avec une habitante de Mayotte, hyper-sympa au demeurant, mais j’étais loin de me douter que c’était une Mahoraise. On nous cache tout, on ne nous dit rien !
Bref, le 29 mars prochain, un référendum va être organisé - sur volonté gouvernementale parisiano-parisianiste - pour savoir dans quelle mesure les Mahorais souhaitent devenir français.
Comme l’écrit une certaine Françoise sur le site de Bellaciao : "La France ne peut ignorer que l’île de Mayotte ne ressemble ni à Saint-Pierre et Miquelon, ni à la Réunion, ou à la nouvelle Calédonie. C’est une île à la fois comorienne, africaine, musulmane, dont le statut relève du droit public international, et non aux tripatouillages du droit français."

Un peu d’histoire

Là, mesdames et messieurs, c’est le moment fatidique où l’on passe obligatoirement par la case culturelle de cet article (désolée par avance !) : l’histoire.
Bon, pour résumer, nous avons une île. Pas isolée, notez bien : elle fait aujourd’hui partie des Comores, et comme me l’indique mon vieux Larousse de 1931 :
"Mayotte, colonisée par les Arabes, fut visitée [1] dès 1505 par les Portugais, en 1607 par les Hollandais. Le traité du 25 avril 1841 la plaça sous la domination de la France, et elle devint colonie française en 1843."[En 1886, la Grande Comore, Mohéli et Anjouan deviennent protectorat sous la direction du gouverneur de Mayotte 1886. Mayotte, quant à elle, garde un statut de colonie. À partir de 1908, l’ensemble des Comores est intégré sous l’autorité du gouvernement général de Madagascar et dépendances. En 1946, les Comores sont séparées de Madagascar et deviennent territoire d’outre-mer. Suite au refus en 1958 tant de l’indépendance que de la départementalisation, les Comores obtiennent le 22 décembre 1961 (loi no 1412) un statut d’autonomie interne (qui sera élargie en 1968 par la loi no 6804) ; le député Said Mohamed Cheikh devient président du conseil de gouvernement, jusqu’à sa mort le 16 mars 1970. La capitale Dzaoudzi (Mayotte) est transférée à Moroni en 1966, huit ans après la décision du transfert.

Le 25 août 1972, le Comité spécial de décolonisation de l’ONU inscrit l’archipel des Comores. Le 15 juin 1973 La France et les Comores signent des accords relatifs à l’accession à l’indépendance. En 1974, la France organise aux Comores un référendum sur l’indépendance. Le référendum concernait les Comores dans leur ensemble, mais Mayotte ayant, seule parmi les îles de l’archipel, eu une majorité se prononçant pour le maintien du lien des Comores avec la France, le gouvernement français de l’époque décida unilatéralement de séparer Mayotte du reste des Comores et de la conserver sous souveraineté française. Cette séparation arbitraire violant l’intégrité territoriale de l’archipel est le fondement sur lequel l’Union des Comores revendique Mayotte. L’Union africaine considère ce territoire comme occupé par une puissance étrangère.

Un second référendum eut lieu en 1976, qui, bien que décrié par la communauté internationale, en particulier par l’Assemblée générale des Nations-Unies, confirmera le choix de rester sous domination française. En outre, l’Assemblée générale des Nations unies a de nombreuses fois condamné la présence française à Mayotte, après que l’ONU, par son Conseil de sécurité n’eut pas adopté de résolution condamnant la France. L’ONU s’était appuyée sur la déclaration du 14 décembre 1960, « sur l’octroi de l’indépendance aux pays et peuples colonisés », point numéro 6 sur la préservation de l’intégrité territoriale, malgré le point numéro 2 sur le droit à l’autodétermination. Depuis 1995, cependant, la question de Mayotte n’a plus été inscrite à l’ordre du jour de l’assemblée générale de l’ONU.

L’Union européenne, quant à elle, reconnaît ce territoire comme français, avec le statut de PTOM (pays et territoires d’outre-mer) mais pas comme Région ultrapériphérique. Ce qui explique que Mayotte, contrairement aux DOM, ne figure pas sur les billets en Euro.
Source : Wikipédia
]]
Je ne sais pas vous, mais personnellement, j’ai du rater quelques pages de mes manuels scolaires.
Les Comores, j’en ai certes entendu parler, j’ai bien une vague idée d’Océan Indien, mais de là à préciser ma foudroyante pensée...
Donc, rebelote : je cherche. Grosso modo, les Comores surfent entre Madagascar, les Seychelles, la Tanzanie et le Mozambique.

Où est le problème ?


Pour être tout à fait honnête, avant de me renseigner, je ne savais pas trop. Juste l’impression étrange de voir les colonies revenir de "Dunkerque à Tamanrasset". Flash-back un peu nauséeux, mal-à-l’aise, rien de très précis.
Et puis je suis tombée sur un article de Guy Stirbon dans Marianne [2], qui certes, ne m’expliquait pas grand chose sur l’histoire de ce pays, mais citait une fonctionnaire de Mayotte :
"Ce qui se passe ici est abominable. Notre police, la police française, se livre à des exactions quotidiennes sur la population qui vit dans l’angoisse de la déportation. Les flics cassent les portes, rentrent dans les maisons au petit matin, enlèvent les enfants au mépris des lois. C’est insoutenable. Et rien dans la presse française.".
De nouveau, mon incompréhension de la situation était totale. J’ai appelé ma copine à Mayotte : "mais que se passe-t-il chez-vous ?".
Réponse : "le référendum va être voté. Qui ici renoncerait au RSA ? Nous vivons déjà sous assistance respiratoire de la France, nous ne produisons plus rien, mais nous sommes des nantis dans cette partie du Globe. Les immigrants alentours meurent par centaines dans de nouveaux boats-people."
Ok, cette fois, je crois que j’ai compris...
Bienvenu au 101ème département français, qui ne tardera pas à rejoindre la Seine-Saint-Denis, des centaines de morts noyés en sus.
Depuis Jules Ferry, en la matière, la stupidité politique ne prendra-t-elle décidément jamais fin ?

Pour aller plus loin :
- La géographie vivante de 1926
- Expatriés : les nantis de la République


[1Je cite !

[210 au 16 janvier 2009


Fatal error: Call to undefined function interdit_html() in /home/www/voxpopuli/www/tmp/cache/skel/html_f008c6ead8c91b533a2359ed907369e6.php on line 425