Warning: file_get_contents(/proc/loadavg) [function.file-get-contents]: failed to open stream: Permission denied in /home/www/voxpopuli/www/config/ecran_securite.php on line 317
COMMENT RELANCER LA CONSOMMATION EN FRANCE ? - vox-populi.net

Accueil > Politique française > COMMENT RELANCER LA CONSOMMATION EN FRANCE ?

COMMENT RELANCER LA CONSOMMATION EN FRANCE ?

lundi 5 avril 2004, par Philippe Lheureux

Chacun a tenté aujourd’hui de comprendre le discours de politique générale du gouvernement Raffarin III à l’Assemblée Nationale, sur le thème : "changeons radicalement de cap dans la continuité". Or, même la droite, Santini en tête, ne sembla guère convaincue par la prestation de notre Premier Ministre : croissance en berne (2 % attendus au maximum dans les mois à venir), déficit record depuis Balladur, chômage constant, mécontentement populaire... Le gouvernement n’a plus que deux issues désormais : soit continuer sa politique suicidaire de rigueur budgétaire, soit relancer la consommation pour alimenter les caisses. Oui, mais comment ?

Vous avez dit "consommer" ?

La question paraît relever de la fable, tant le climat politique et économique actuel semble peu disposé à une relance de type keynésien. Plusieurs gouvernements successifs s’y sont d’ailleurs déjà cassé les dents et il est probable, sans médire, que le gouvernement Raffarin III, qui planche actuellement sur le sujet, ne fera pas mieux que ses prédécesseurs.
Pourtant, l’équation semble basique :
pouvoir d’achat = consommation = emplois.
Pour qu’il y ait consommation , il faut "simplement" que le pouvoir d’achat des Français soit assez important pour que ces derniers laissent libre cours à leur fièvre acheteuse.
Jusqu’à présent, les gouvernements successifs se sont contentés de poser des cataplasmes sur cet enjeu essentiel de l’économie, tels la diminution des charges et des impôts, notamment au profit des entreprises, l’augmentation du smic (encore annoncée aujourd’hui), la baisse des taux d’intérêts, etc...

Mesures inutiles

Or, il faut se rendre à l’évidence : aucune de ces mesures n’a eu d’impact positif sur la consommation des ménages. La morosité s’est installée et avec elle, le manque de confiance dans le pouvoir politique : la valse hésitation gauche-droite en vigueur depuis le 21 avril 2002 en témoigne. Pourtant, l’évaluation de la situation économique française, que l’on nous présente comme une infernale quadrature du cercle, semble avoir négligé une question essentielle : existe-t-il un secteur de l’activité économique dans notre pays qui capture à lui seul la quasi-totalité du pouvoir d’achat des Français, cette retenue se faisant bien évidemment au détriment des autres secteurs de l’économie ?
En dépit des idées reçues, non , il ne s’agit pas des impôts dont le pourcentage est resté, malgré une légère hausse, à peu près égal à lui-même ces dernières années (prélèvements directs et indirects confondus). Vous ne voyez toujours pas ?
Il s’agit de l’immobilier !

Une spéculation lourde de conséquences

Chaque Français a besoin d’un toit pour se loger, soit en louant, soit en achetant. C’est une obligation.
Or le coût de l’immobilier est devenu complètement prohibitif.
A titre d’exemple, j’ai acquis dans la région parisienne un appartement type F3 il y a 15 ans au prix de 400000 Francs (60980 Euros). Aujourd’hui, ce même bien peut facilement être revendu en l’espace de deux semaines pour la modique somme de 131106 Euros ! Une bonne affaire ? Certainement pas !
En effet, comme l’ensemble du marché de l’immobilier a augmenté proportionnellement, la plus value réalisée lors d’une vente hypothétique serait automatiquement anéantie par un nouvel achat. Et encore faut-il s’estimer heureux d’avoir quelque chose à revendre, car le candidat potentiel à l’accession à la propriété sait bien que son pouvoir d’achat, c’est à dire son salaire amputé des charges (impôts, nourriture, habillement, assurances etc ... ) n’a pas du tout augmenté dans les mêmes proportions et le condamne, le plus souvent, à errer de location en location. Si malgré tout, il s’entête à contracter un emprunt, il devra signer la mort dans l’âme la fin définitive de son pouvoir d’achat sur 20 ans !

Constat incontestable

L’immobilier est un des rares secteurs de l’économie où le prix d’un produit d’occasion flirte avec celui de son équivalent flambant neuf. La côte d’un bien immobilier ne correspond en rien à sa valeur travail et les agences immobilières, qui l’ont bien compris, n’hésitent pas à prendre jusqu’à 15 % de marge sur un gâteau déjà fort juteux.
Cette ponction impressionnante du salaire moyen est un frein évident et non négligeable à la consommation des ménages, contre lequel tout gouvernement devrait lutter efficacement pour encourager la reprise. Soyons sympas et soufflons donc la réponse à Raffarin : c’est la spéculation immobilière qui paralyse en grande partie l’économie Française et tant que personne n’en prendra conscience, le problème ne pourra que s’amplifier.

En savoir plus :

http://www.assemblee-nat.fr/12/propositions/pion1489.asp

© Dessin : Laetitia Koch 2002-2004 - Tous droits réservés.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.