Warning: file_get_contents(/proc/loadavg) [function.file-get-contents]: failed to open stream: Permission denied in /home/www/voxpopuli/www/config/ecran_securite.php on line 317
FRÉDÉRIC MITTERRAND : QUE CELUI QUI N'A JAMAIS EU RECOURS À LA (...) - vox-populi.net

Accueil > Politique française > FRÉDÉRIC MITTERRAND : QUE CELUI QUI N’A JAMAIS EU RECOURS À LA (...)

FRÉDÉRIC MITTERRAND : QUE CELUI QUI N'A JAMAIS EU RECOURS À LA PROSTITUTION LUI JETTE LA PREMIÈRE PIERRE !FRÉDÉRIC MITTERRAND : QUE CELUI QUI N’A JAMAIS EU RECOURS À LA PROSTITUTION LUI JETTE LA PREMIÈRE PIERRE !

jeudi 15 octobre 2009, par Philippe Lheureux

Il faudrait avoir été frappé par une crise de léthargie fulgurante pour ne pas avoir entendu parler de « l’affaire Mitterrand ». Le vrai scoop de cette histoire à rebondissements, c’est que selon le ministre de la Culture et de la Communication nous aurions tous au moins une fois dans notre vie eu recours à des services sexuels tarifés - le nouvel euphémisme à la mode.

Pour le coup la communication ne passe plus très bien. Retour sur les grandes lignes de l’affaire et sur la phrase de trop.

La mauvaise vie

En 2005, Frédéric Mitterrand, actuel ministre de la Culture et de la Communication, publiait La mauvaise vie, récit de son enfance, de ses souffrances d’homme et, notamment, de son expérience personnelle dans le milieu de la prostitution thaïlandaise.

Extrait :

« Évidemment, j’ai lu ce qu’on a pu écrire sur le commerce des garçons d’ici et vu quantité de films et de reportages ; malgré ma méfiance à l’égard de la duplicité des médias je sais ce qu’il y a de vrai dans leurs enquêtes à sensation ; l’inconscience ou l’âpreté de la plupart des familles, la misère ambiante, le maquereautage généralisé où crapahutent la pègre et les ripoux, les montagnes de dollars que cela rapporte quand les gosses n’en retirent que des miettes, la drogue qui fait des ravages et les enchaîne, les maladies, les détails sordides de tout ce trafic. Je m’arrange avec une bonne dose de lâcheté ordinaire, je casse le marché pour étouffer mes scrupules, je me fais des romans, je mets du sentiment partout ; je n’arrête pas d’y penser mais cela ne m’empêche pas d’y retourner. Tous ces rituels de foire aux éphèbes, de marché aux esclaves m’excitent énormément. La lumière est moche, la musique tape sur les nerfs, les shows sont sinistres et on pourrait juger qu’un tel spectacle, abominable d’un point de vue moral, est aussi d’une vulgarité repoussante. Mais il me plaît au-delà du raisonnable. La profusion de garçons très attrayants, et immédiatement disponibles, me met dans un état de désir que je n’ai plus besoin de refréner ou d’occulter. L’argent et le sexe, je suis au cœur de mon système ; celui qui fonctionne enfin car je sais qu’on ne me refusera pas. Je peux évaluer, imaginer, me raconter des histoires en fonction de chaque garçon ; ils sont là pour ça et moi aussi. Je peux enfin choisir. J’ai ce que je n’ai jamais eu, j’ai le choix ; la seule chose que l’on attend de moi, sans me brusquer, sans m’imposer quoi que ce soit, c’est de choisir. Je n’ai pas d’autre compte à régler que d’aligner mes bahts, et je suis libre, absolument libre de jouer avec mon désir et de choisir. La morale occidentale, la culpabilité de toujours, la honte que je traîne volent en éclats ; et que le monde aille à sa perte, comme dirait l’autre. [1] »

L’attaque

La prise de position de Frédéric Mitterrand concernant l’affaire Polanski (accusé du viol d’une fillette de 13 ans et de délit de fuite) était loin de plaire à tout le monde. Certains ont donc enquêté et d’autres attaqué, dans l’espoir d’obtenir la démission du ministre et par là-même d’atteindre l’image de celui qui l’a choisi.

Ces propos ont ensuite été repris par Benoît Hamon, porte parole du Parti Socialiste qui a réagi en "homme de gauche."

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

Marine Le Pen a reconnu après coup avoir ajouté le mot "jeunes" devant "garçons", ajout qui a renforcé l’ambiguïté des propos du ministre et les soupçons de pédophilie. Si elle ne s’était pas contentée de lire le résumé qu’on lui en avait fait, elle aurait pu lire quelques lignes plus loin :

« En France, avec la plupart des gigolos, c’est toute une histoire pour arriver à les faire bander mais on n’est décidément pas en France et nous continuons avec le gant, le savon, le pommeau de douche à nous explorer et à nous mesurer l’un à l’autre en riant doucement. Il est presque aussi grand que moi et certainement plus solide, bâti comme les champions de kick-boxing qui vous allongent en un éclair. Mais je n’ai rien à craindre de lui, c’est un jeu délicieux auquel je m’abandonne en fermant les yeux, plein de joie et de confiance. Je ne sais plus qui protège l’autre. [2] »

On est donc plus dans les 18-25 ans que dans les 8-17 ans, ce qui relève de la prostitution et non de la pédophilie.

La défense


Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

La phrase de trop

« Que vienne me jeter la première pierre celui qui n’a pas commis ce genre d’erreur. Parmi tous les gens qui nous regardent ce soir, quel est celui qui n’aurait pas commis ce genre d’erreur au moins une seule fois dans sa vie ? [3] »

Mais comment osez-vous, Monsieur Mitterrand, sous-entendre que 100% des Français trouvent le recours à la prostitution normal ?

La même phrase prononcée devant une foule aurait probablement provoqué une pluie de chaussures et bon nombre de sifflets. J’ai bondi devant ma télévision en entendant de tels propos !

Après avoir écrit "Tous ces rituels de foire aux éphèbes, de marché aux esclaves m’excitent énormément", allez donc expliquer ensuite aux jeunes que le téléchargement de films ou de musiques est un crime puni par la loi.

Légitimer la prostitution touche directement à la dignité de l’être humain. A celle de ceux qui se vendent mais aussi à celle de ceux qui achètent.

À chacun de mener sa vie comme il l’entend et libre à l’homme de lettres de raconter ses errances sexuelles. Mais un ministre de la République ne se doit-il pas de réfléchir au sens et au poids des mots quand il s’exprime sur « la place publique » ?


[1Frédéric Mitterrand, La mauvaise vie

[2Frédéric Mitterrand, La mauvaise vie

[3Interview de Frédéric Mitterrand sur TF1 (8 octobre 2009), 6e minute.


Fatal error: Call to undefined function interdit_html() in /home/www/voxpopuli/www/tmp/cache/skel/html_f008c6ead8c91b533a2359ed907369e6.php on line 425