Warning: file_get_contents(/proc/loadavg) [function.file-get-contents]: failed to open stream: Permission denied in /home/www/voxpopuli/www/config/ecran_securite.php on line 317
CRISE : FAUT-IL PUNIR LES RESPONSABLES ? - vox-populi.net

Accueil > Rive droite, rive gauche > CRISE : FAUT-IL PUNIR LES RESPONSABLES ?

CRISE : FAUT-IL PUNIR LES RESPONSABLES ?

lundi 6 septembre 2010, par Philippe Lheureux

Le moins que l’on puisse dire, c’est que les efforts conjugués de notre "élite" politique, de nos grands patrons et de nos banquiers ont fini par porter leurs fruits.
Fini les 35 h, les remboursements corrects de la sécurité sociale, l’épargne correctement rémunérée, les crédits d’impôts et la retraite à 60 ans, tout fout le camp, y compris le travail qui part à l’étranger via les délocalisations.
Enfin tout fout le camp, c’est vite dit !
Il nous reste :

Les hausses d’impôts, de l’immobilier, des cotisations sociales, de la nourriture, du gaz, de l’électricité, de l’eau, des transports en commun, de l’essence et surtout la phénoménale et impossible dette publique à rembourser.

Pour ceux qui se demandent encore comment on en est arrivé là avant d’aller bientôt faire un petit tour au restos du cœur, voici quelques pistes intéressantes à explorer en pleine crise ou plutôt en pleine guerre économique.

Intelligence avec l’ennemi

Jamais évoquée par les médias en temps de crise, une incrimination édictée par le Code pénal m’interpelle :

Article 411-4

Le fait d’entretenir des intelligences avec une puissance étrangère, avec une entreprise ou organisation étrangère ou sous contrôle étranger ou avec leurs agents, en vue de susciter des hostilités ou des actes d’agression contre la France, est puni de trente ans de détention criminelle et de 450 000 euros d’amende.

Est puni des mêmes peines le fait de fournir à une puissance étrangère, à une entreprise ou une organisation étrangère ou sous contrôle étranger ou à leurs agents les moyens d’entreprendre des hostilités ou d’accomplir des actes d’agression contre la France.

La délocalisation ou l’art de travailler contre l’intérêt de la France et des Français

La délocalisation économique est le transfert d’activités (donc de technologies), de capitaux et d’emplois en des régions du pays ou du monde bénéficiant d’un avantage compétitif du fait :

- soit de coûts plus bas (main d’œuvre peu coûteuse, meilleur accès aux ressources naturelles, fiscalité et réglementation plus attractives) ;

- soit d’un pôle de compétence technologique, ou du moins de personnel compétent ;

- soit d’infrastructures mieux adaptées ou d’un environnement plus attrayant ;

- soit d’un marché local assurant des débouchés plus vastes ou intéressants.

Délocalisations : on nous prend pour des c...

En pleine guerre économique, il ne s’agit ni plus ni moins que d’intelligence avec l’ennemi dans le but de couler l’industrie et le savoir-faire Français. J’ai encore en mémoire un certain journaliste de RTL expliquant que le protectionnisme était une absurdité du fait des représailles qui s’ensuivraient ! Une absurdité pour qui ? Pour ceux qui trahissent la France et les Français dans l’espoir de devenir milliardaires ?
Perdre des emplois par milliers mais aussi son savoir-faire, son avance technologique et son avenir n’est-il pas une absurdité encore plus grande ?

Alors bien sûr, on peut tricher en retirant du nombre des chômeurs tous ceux qu’on a poussé vers la micro-entreprise ou qui maintenant survivent en intérim ou au RMI mais le résultat est bel et bien là et il est catastrophique au point de détruire bon nombre d’acquis sociaux.

L’argent qui part dans le développement de l’industrie d’autres pays se fait toujours au détriment de l’industrie française. Bien sûr, les patrons des grandes multinationales s’engraissent sans compter, mais l’argent qu’ils engrangent n’est pas réinjecté dans l’économie pour soutenir la France et les Français.
Et dire qu’ils sont arrivés là où ils en sont grâce à nous !

L’immobilier et les banquiers

Cherche à qui le crime profite !

A qui profite réellement la hausse de l’immobilier ?

Si vous pensez que c’est aux particuliers qui pourront revendre plus cher ce qu’ils ont acheté, c’est que vous n’avez rien compris au système. Le particulier revendra plus cher mais rachètera plus cher. Pour celui qui a un bien à vendre avant d’en racheter un autre, l’opération est blanche ou presque mais malheur aux autres, à ceux qui achètent pour la première fois et qui sont obligés d’emprunter des sommes considérables aux banques. Elles n’attendent que cela pour les réduire en esclavage pour une période de 30 ans.
Emprunter, c’est travailler pour les banquiers.
Il est complètement anormal de capturer ainsi la presque totalité du pouvoir d’achat des Français, mais qui s’en offusque ? L’État ? Non, bien sûr, puisqu’il prélève des taxes au pourcentage et alourdit la facture de 300 à 1000 euros en imposant pour notre bien tout un tas de diagnostics établis la plupart du temps par des sociétés n’en ayant pas les compétences réelles.
Comment avons-nous pu en arriver là ? Les agences immobilières rémunérées au pourcentage du bien vendu sont principalement responsables de la surestimation des biens immobiliers. Là aussi, le législateur ferait bien de sévir car il est anormal qu’une agence prenne 10% du prix de vente d’un appartement pour 2 ou 3 visites et 3 papiers à remplir mais comme cela arrange l’Etat comme les banques, personne ne bouge.
Pour compléter le tableau de l’immobilier et alourdir la facture finale du français moyen, tout ce qui est en copropriété est parasité par des syndics plus ou moins incompétents et escrocs. Les charges n’arrêtent pas d’augmenter et les syndics pourtant rémunérés pour défendre les intérêts des copropriétaires se laissent facilement "courtiser" par des entreprises cherchant du travail.

L’épargne et vos économies


La peur du chômage et la perspective d’une retraite de misère forcent beaucoup de Français à épargner. Mais, l’argent qui dort, ne dort pas pour tout le monde, du moins pas pour les banques, même si la bourse fait moins recette.

Échaudés par des "supers placements boursiers" des dernières années ou certains ont perdu en moyenne 30% de leur mise comme chez la Française des jeux, les français sont devenus méfiants.

L’État le sait, les banques aussi.

Les placements genre livret A luttent à grand peine contre l’érosion de l’inflation. Tout est fait pour que les Français prêtent gratuitement leur argent aux banques.

Reste l’assurance-vie, mais il faut prêter son argent pendant 8 ans pour espérer gagner par an même pas la moitié de ce que les banques se font en un jour grâce à votre argent.

Une nouveauté quand même : les banques ont recyclé les valeurs de la bourse qui ne faisaient plus recette dans l’assurance-vie.

De nombreux épargnants vont encore se faire plumer de 30%. Il semblerait que ce soit le seuil à ne pas dépasser pour ne pas les voir arriver un jour avec des fusils à pompes.

Et huit ans, c’est long ! A la moindre nouvelle panique organisée coté banques, certains seront forcément tentés d’essayer de récupérer leur argent avant terme et c’est là que l’État les attend pour les taxer.
Tout le monde y gagne ... sauf vous.

L’état complice

Véritable incompétence ou corruption ?

En ce moment, le pouvoir politique passe souvent à la télé pour nous expliquer qu’il fait son boulot au niveau de la sécurité et pour nous parler de l’identité nationale.
Il surfe sur l’émotionnel pour montrer du doigt ou stigmatiser telle ou telle partie de la population responsable de la délinquance en France.
De préférence, les arabes, les blacks ou les roms.
Pendant que cette partie de la population est censée nous voler notre sécurité sociale, nos voitures, nos femmes et nos vies de temps à autres, les escrocs en col blanc ont tout le temps de nous voler le reste, et là, il n’y a plus d’identité nationale qui compte.
Adieu nos 35 heures, nos retraites, nos remboursements de sécurité sociale, nos emplois, notre avenir etc.
L’élite élue par le peuple autorise, voire encourage, les délocalisations, prend des décisions pour éviter de rémunérer correctement l’épargne, augmente les impôts, diminue les remboursements, rackette les automobilistes et pousse les français désespérés vers la Française des jeux ou le poker en ligne. Incompétence ou corruption ?
Les deux ne nous semblent pas incompatibles si l’on en juge par les démêlés de plus en plus fréquents des hommes politiques avec la justice pour abus de bien sociaux ou prise illégale d’intérêts.

Va-t-on vers une nouvelle révolution ?

Quel est le seuil de tolérance des Français, personne ne le sait vraiment. Pour l’instant, comme dans l’allégorie de la grenouille, ils sont endormis par des médias à la solde du pouvoir politique. Mais en continuant comme ça, il y aura forcément un jour où la chasse aux "traitres à la patrie" va finir par s’ouvrir. Ce jour là, il faudra courir très vite "messieurs" les escrocs de la politique, de la finance et des entreprises. Quand le peuple n’a plus rien à perdre, ainsi que l’a démontré la Révolution française, il commence souvent à parler le seul langage que les politiciens véreux redoutent vraiment : celui des urnes non électorales.

Pour aller plus loin :

- Départs des manifestations du 7 septembre 2010 par département et par ville.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.