Warning: file_get_contents(/proc/loadavg) [function.file-get-contents]: failed to open stream: Permission denied in /home/www/voxpopuli/www/config/ecran_securite.php on line 317
ALLAH ... PORTE ! - vox-populi.net

Accueil > Rive droite, rive gauche > ALLAH ... PORTE !

ALLAH ... PORTE !

jeudi 22 avril 2004, par Gaëlle Sartre Doublet, Philippe Lheureux

L’imam algérien Abdelkader Bouziane, qui avait déclaré qu’en cas d’adultère « battre sa femme est autorisé par le Coran » a été expulsé de France le 21/04/2004 à 09H20 sur ordre de Dominique de Villepin. Si une majeure partie de la presse française, sans aucun recul, applaudit frénétiquement cette décision, certains journalistes de Vox pop’ ne s’y associent pas. En effet, même si cette déclaration est indiscutablement révoltante, l’expulsion, purement médiatique, de cet homme de 52 ans et père de 16 enfants est contre-productive. Voici pourquoi.

Cléricalisme primaire contre Etat de droit

Ainsi, Abdelkader Bouziane a été expulsé, aux frais du contribuable français et au nom de l’Etat de droit, pour une cause juste : le respect des femmes et la dénonciation officielle de leur asservissement. En effet, dans une interview accordée à Lyon Mag, fascinante d’intégrisme salafiste, l’imam encourageait, entre autres joyeusetés, les hommes trompés à battre leurs épouses. A priori donc, rien à redire sur cette mesure gouvernementale, destinée à démontrer la fermeté du pouvoir envers les dérives de l’islam.
Pourtant, à y regarder de plus près, ce problème, à l’image du voile islamique, révèle notre incapacité à affirmer intelligemment nos valeurs. Car s’il est indispensable de barrer la route à toute forme d’intégrisme, il est non moins indispensable d’être particulièrement efficaces, confrontés à une infime minorité de musulmans, déterminés, qui desservent leur propre communauté et n’ont rien à voir avec des enfants de choeur.
Or, soyons réalistes : Abdelkader Bouziane a toutes les chances d’obtenir une réhabilitation devant le Tribunal administratif ou, à défaut, la Cour européenne des droits de l’homme, ce qui aura pour unique conséquence de cautionner de facto son discours et de faire passer la France pour un pays islamophobe, dont le pouvoir privilégie les coups médiatiques aux lois.

Petit rappel d’extraits bibliques à l’usage des profanes

En effet, faut-il le rappeler, les catholiques français ont aussi cotoyé leur poignée d’excités. Bien sûr, on s’y est fait, et pourtant... Fut un temps pas si lointain, ils s’enchaînaient aux grilles des hôpitaux pour empêcher des avortements, menacaient de mort les médecins, mettaient le feu à des cinémas lors de "La dernière tentation du Christ" ou parvenaient à faire interdire des publicités jugées indécentes. Or, aucun à ma connaissance n’a jamais été la cible directe d’un ministre de l’Intérieur .
De même, côté déclarations fracassantes, certains extraits bibliques font froid dans le dos : Ainsi, dans la Génèse, "Dieu dit à la femme : J’augmenterai la souffrance de tes grossesses, tu enfanteras avec douleur, et tes désirs se porteront vers ton mari, mais il dominera sur toi". Mieux encore en termes de pacifisme, dans l’évangile selon Matthieu X-34 Le Christ dit : "Je ne suis pas venu apporter la paix mais l’épée". Je vous ferai grâce du "Mangez car ceci est mon corps et buvez car ceci est mon sang " comme apologie du cannibalisme ou du "Prends ton fils , ton unique , celui que tu aimes, Isaac ; Va t’en au pays de Morija, et là, offre-le en holocauste" relatif au sacrifice d’Abraham. Entre autres douceurs...
A-t-on pour autant assisté à l’expulsion des curés qui, de par le monde, professent à chaque messe de telles inepties ?

Détournement de loi au nom de la justice ?

De surcroît, il y a fort à parier que l’expulsion d’Abdelkader Bouziane relève d’un vice de forme d’un point de vue légal. En effet, le Ministre de l’Intérieur ne peut envisager une telle mesure qu’en cas d’urgence absolue ou si la présence de l’étranger constitue une menace pour la sûreté de l’Etat ou la sécurité publique. Or, il faut bien reconnaître que quelle que soit la scandaleuse gravité de la déclaration de l’imam, nous n’en étions pas encore là. C’est en tout cas ce que ne manquera pas d’arguer son avocat, qui a déposé mercredi un référé devant le Tribunal administratif... avant d’en appeler à la Cour européenne des droits de l’homme ? Admettons maintenant qu’il gagne : nous lui aurons royalement offert un retour en fanfare avec indemnités conséquentes. Un comble !
Fallait-il pour autant ne rien faire ? Certainement pas. Les infects propos d’Abdelkader Bouziane, coraniques ou pas, sont sans équivoque prohibés par la loi française. Mais, tout comme pour l’affaire du foulard islamique*, il était inutile de prendre des mesures d’exception pour traiter un problème auquel notre arsenal législatif classique permettait parfaitement de répondre.
Enfin, concernant la condition de la femme, il ne paraît pas superflu de rappeler ici qu’en France, aujourd’hui, plus de deux femmes sur 10 sont régulièrement victimes de violences conjugales (*) et que le coeur de ce problème de société ne saurait se résumer aux leçons de fessée d’Abdelkader Bouziane.

*) Voir la procédure légale d’expulsion sur le site :

Vos droits service public

*) voir également :

Violences conjugales

Lire l’interview exclusive de l’imam par le magazine Lyon MAG n° 138

*) A propos du foulard islamique, lire aussi les articles
"La laïcité en question ou l’art de se tromper de combat"
"Si j’étais prof"

Vendredi 23/04/2004

Dernières nouvelles montrant que Vox-Populi était presque visonnaire dans cette affaire :

Le tribunal administratif de Lyon vient de suspendre l’arrêté d’expulsion jusqu’au jugement . Source REUTERS

Jugement du tribunal correctionnel de Lyon du 21 juin 2005 : Abdelkader Bouziane a été relaxé.

Creative Commons License
Cet article est mis à disposition de tous sous un contrat Creative Commons.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.